Accueil Télécharger/Ajouter des nouvelles polices d’écriture dans Scribus

Télécharger/Ajouter des nouvelles polices d’écriture dans Scribus

Scribus apporte un soin tout particulier à la préservation du rendu de vos polices de caractère lors d’impressions professionnelles en permettant la vectorisation de celles-ci (Scribus les transforme en images vectorielles).

Il est donc intéressant de venir ajouter des nouvelles polices d’écriture toujours plus belles mais le but n’est pas seulement esthétique mais bien d’apporter une meilleure visibilité et lisibilité à vos contenus pour une meilleure compréhension de ces derniers.

Trouver des polices gratuites à télécharger est très simple de nos jours et nous vous recommandons très chaudement un des ténors du domaine : Dafont.

Dafont est idéal pour télécharger des polices d’écritures gratuites.

Polices gratuites ou propriétaires (et donc payantes), il y a surtout une majorité de magnifiques fonts gratuites sur ce site. Dafont est sans conteste le meilleur mais il y en a bien d’autres qui proposent des fontes (terme français pour « font »).

Nous préférons ce site car l’information est simple et le module de recherche est tout simplement excellent : tapez le nom d’une marque célèbre, il y a fort à parier que vous trouverez la police de caractère de son logo fabriquée avec amour par un bénévole chevronné. De quoi réellement améliorer la qualité visuelle de vos documents et apporter une petite touche d’originalité.

De belles polices d’écriture pour égayer vos publications sous Scribus !

Quelle est la police d’écriture la plus lisible ?

Des études ont été réalisées à ce sujet et la réponse est très clairement qu’il vaut mieux choisir une « police Serif à empattement ». Vous en connaissez des polices de ce genre puisqu’il y a par exemple Time New Roman ou encore Georgia, mais la palme d’or revient à la police d’écriture Garamond qui récolte 67% de compréhension. En comparaison, la police Arial que l’on retrouve très souvent ne récolte que 12% de compréhension.

Les polices Serif « à empattement » sont les plus lisibles et plus compréhensibles.

Comment installer des polices sous Scribus ?

  • Lancez Scribus, allez directement dans Paramètres > Polices et allez dans l’onglet Chemins Additionnels puis cliquez sur Ajouter. C’est ici qu’il faudra indiquer le chemin du dossier contentant la ou les polices d’écriture que vous aurez téléchargées au préalable.

C’est tout ce qu’il y a à faire, c’est aussi simple que cela d’installer une police de caractère sous Scribus !

Un peu plus de paramètres pour vos polices de caractère ?

Si installer ses polices de caractère sous Scribus est intéressant, vous aimerez certainement pouvoir les retrouver également sur votre système ou sous votre traitement de texte. Pour cela, nous allons tout simplement « installer » votre police sous Windows.

Vos polices peuvent être gérées facilement grâce à un dossier « fonts » dans le dossier racine de Windows. S’il n’existe pas, créez-le. Une fois copié/collé vos polices dans ce dossier fonts, ouvrez la boîte de commande (Cliquez sur le menu démarrer de Windows puis tapez immédiatement cmd et validez par la touche Entrée) et exécutez la commande suivante (tapez-là et appuyez sur Entrée) :

fc-cache

Au prochain lancement de Scribus, celui-ci devrait trouver les polices contenues dans ce dossier et ce sera également le cas pour une grande majorité de vos autres applications.

Pour changer la police d’écriture par défaut de Scribus, c’est comme ci-dessus !

D’autres systèmes comme Linux utilisent un fichier nommé fontconfig qui permet d’indiquer au système quel est le dossier ou les dossiers fonts à utiliser.

Sous Linux, votre système sait gérer plusieurs dossiers pouvant contenir vos polices d’écritures, un grand plus pour les mordus et professionnels de la PAO. Si vous utilisez Linux, il y a fort à parier que vous arriverez très simplement à configurer ce fichier, mais pour l’exemple voici ce que vous pouvez indiquer dans ce fichier :

<?xml version="1.0"?>

<!DOCTYPE fontconfig SYSTEM "fonts.dtd">

<fontconfig>

    <dir>/home/craig/.fonts-mac-converted</dir>

    <dir>/home/craig/.fonts-unfonts</dir>

    <dir>/home/craig/.fonts-adobe-japanese</dir>

</fontconfig>

Dans cet exemple, le fichier pointera sur les dossiers nommés « fonts-mac-converted », « fonts-unfonts » et « fonts-adobe-japanese ». Simple non ? Et terriblement efficace en plus… Le grand avantage de cette méthode est de pouvoir clairement séparer vos fonts pour les activer/désactiver afin de modifier des blocs entiers de textes très simplement. Quand vous aurez sauvegardé ce fichier sous Linux, exécutez fc-cache (c’est comme sous Windows !).

Encore plus loin pour vos fonts avec Scribus

Vous pourrez réaliser encore bien plus pour gérer vos Fonts avec Scribus, et si les exemples ci-dessous viennent d’une version Scribus sous Linux, ce sont exactement les mêmes paramètres qui seront disponibles sous Windows. Vous pourrez ainsi :

  • Ajouter des chemins additionnels par utilisateur système (qui ne requièrent pas de permissions administrateur en root).
  • Personnaliser vos préférences de polices embarquées dans vos documents Scribus.
  • Renseigner des polices d’écriture de substitution lorsque l’une d’elle est manquante.
  • Sur MacOS X, vous pouvez ajouter des dossiers additionnels de fonts sans avoir besoin de logiciels externes tiers. Il n’y a aucun besoin de redémarrage de Scribus pour affecter ces modifications.

Cela pourra vous sembler un peu confus au départ, surtout que certaines options sont bien souvent grisées au commencement de vos paramétrages. Quoi qu’il en soit, cela reste très logique à personnaliser en suivant le fonctionnement très logique du système Linux ou Windows.

Sous Linux, le challenge historique était de « court-circuiter » les applications qui au démarrage utilisent les chemins de Xfree86 ou de X.org par défaut. Le nouveau mécanisme apporté par fontconfig et Freetype2 sont des avancées majeures pour résoudre ce souci commun aux utilisateurs de Linux sur PC.

Avec X-Windows, le dossier .fonts est le dossier par défaut pour le nouveau mécanisme fontconfig avec Xft2 (pour les distributions Linux récentes). Après avoir cliqué sur OK, Scribus va prendre en compte ces chemins additionnels et correctement installer ces polices de caractères qui seront disponibles immédiatement dans vos nouveaux documents ou vos documents existants.

Substitution de polices d’écriture sous Scribus

Lorsque vous ouvrez un document Scribus, celui-ci va vérifier si toutes les polices spécifiées dans le document sont disponibles. Dans le cas où une police donnée n’est pas présente sur votre poste de travail, vous aurez le choix lorsque vous ouvrez votre document d’appliquer une « Substitution des polices ». L’onglet « substitution de polices » vous permettra de modifier ces paramétrages de substitution.  Dans l’exemple ci-dessous, nous substituons la police Timmons Bold, inclus avec StarOffice dès la version 5.2 par Time New Roman en version TrueType.

Polices additionnelles sous Scribus

Cet onglet vous montrera toutes les polices d’écriture disponibles sous votre système, en incluant les chemins d’accès à celles-ci.

Dans l’exemple ci-dessus, La police Nimbus Roman est désactivée puisque nous savons que cette police d’écriture n’est pas correctement affichée sur certaines plateformes, comme Acrobat Reader qui va alors substituer celle-ci par sa propre police Multi Master. Nous dédions d’ailleurs un article entier à l’export de fichier PDF qui viendra compléter les informations présentes ici.

La gestion et préférences des polices avec Scribus sous Windows

Vous pourrez retrouver exactement les mêmes paramétrages que sous Linux pour tout ce qui concerne Scribus. Vous pourrez donc facilement modifier les chemins de votre dossier font tout comme choisir vos polices de substitution.

Citons également ces paramétrages supplémentaires (disponibles également sous Linux) :

Sub-Setting (sous-polices ou police partielle) : Pour vos sorties PDF ou PostScript, ce ne sont pas tous les glyphes qui seront contenus dans vos fonts avec le sub-setting. Cela permet de créer des fichiers PDF plus légers au détriment  de permettre des modifications simples en pré-presse avec des outils comme Pit Stop. À moins que vous n’envoyiez vos impressions chez un professionnel, vous pouvez conserver vos polices partielles (police « subset »).

Explications rapides : Lorsque vous générez un fichier PDF, il est possible de n’inclure que les caractères qui seront utilisés dans le document. Cette police de caractère « partielle » est alors appelée « font subset » (difficilement traduisible en français, mais subset signifie textuellement « sous-ensemble » ce qui donne une bonne idée de sa fonction).

L’usage du « font’s sub-setting » est assez importante lorsque vous avez le besoin de garder une taille de fichier PDF correcte pour permettre son téléchargement.

OpenType Fonts : Elles ne peuvent être embarquées par défaut dans Scribus. Pour rappel, une police OpenType (OT) est une norme ISO d’Open Font Format (OFF) qui ajoute de nombreuses structures complexes aux polices d’écritures TrueType.

Cela permet de considérablement enrichir les possibilités typographiques des fonts pour la composition ou impression de celles-ci. Les polices OpenType sont exportées comme « contours » en PDF. Cela permet donc à Scribus de pouvoir utiliser ces polices de caractères alors que les autres logiciels ne peuvent y parvenir !

La différence OpenType (en PostScript) et TrueType est juste flagrante avec cet exemple.

Convertir en contour : Scribus est capable (optionnellement) de convertir le texte en contour PostScript. Ceci peut être une option intéressante si votre imprimeur ne possède pas RIP ou imagesetter pour accepter le format PDF 1.4. C’est également parfois une bonne option avant d’exporter vos fichiers en SVG ou en EPS pour du vectoriel. Il vaut mieux s’assurer également que votre imprimeur puisse gérer convenablement le format EPS.

Mais pourquoi je ne peux pas mettre certaines polices en Italic sous Scribus ?

Ceci clôturera notre tour des options pour ajouter et gérer vos polices d’écriture sous Scribus. Scribus ne crée jamais de « fausses polices en gras ou en italic ». Par « fausses polices », nous entendons un traitement automatisé qui convertirait automatiquement une police existante en Italic.

Ce procédé est très connu des imprimeurs pour dégrader considérablement la qualité de vos textes. Ces soucis sont le cauchemar des fanatiques de la pré-presse, surtout dans des contextes d’impression professionnelle à grande échelle.

Si vous n’avez pas de caractères en Italic ou en gras dans votre police, Scribus ne pourra rien faire pour vous et cela est un choix délibéré des développeurs de Scribus de ne pas activer cette fonction. Une belle marque de respect (d’amour ?) pour les professionnels de l’impression qui n’auront alors jamais à s’arracher les cheveux sur des documents créés sous Scribus !